DEDICACE A MES OREILLES : Chronique

Qobuzz.jpg
Youtube.JPG
Van Halen_Fair Warning_1.JPG

          VAN HALEN - FAIR WARNING  : 1981  (Original Germany)

         Concerto pour une Guitare

VAN HALEN est l’exemple parfait du groupe dont le succès ne doit rien au hasard.

 

Quoiqu’en disent leurs détracteurs, VAN HALEN est un groupe qui a énormément bossé et son succès n’est que mérité. Grâce au talent de guitariste d’Edward Van Halen conjugués avec celui au chant de l’exubérant David Lee Roth, le groupe réussit à se faire connaître en rôdant un spectacle incroyable, écumant toutes les petites salles de San Francisco et de leurs environs de 74 à 76.

 

Ce set affolant, on peut le retrouver sur un Bootleg mémorable intitulé « GOLDENWEST BALLROOM » enregistré à Norwalk en Californie en 76, alors que le groupe ouvre alors pour les anglais de UFO.

En plus des morceaux qu’on retrouve sur leurs 2 premiers albums, dont ERUPTION, ICE CREAM MAN ou SOMEBODY GET ME A DOCTOR, leur set est principalement axé sur des reprises vertigineuses de TUSH de ZZ TOP, LAST CHILD d’AEROSMITH et de THE ROVER de LED ZEPPELIN.

On sent à cette époque que le groupe est déjà très professionnel et le fait de passer derrière eux n’est alors pas chose facile, même si on se nomme Phil MOGG ou Michael SCHENKER.

 

C’est Gene SIMMONS, le bassiste de KISS, qui les découvre et leur fait enregistrer une démo, qu’on peut également trouver en version Bootleg sous le titre « LISTEN TO THIS GENE », sur laquelle il y a déjà leur futur succès qui ouvrira leur fantastique 1er album, RUNNIN’ WITH THE DEVIL.

Avec une bande démo d’une telle qualité, il ne leur faut pas longtemps pour décrocher un contrat dans une Major.

C’est la WARNER qui décroche la timbale et leur fait enregistrer leur 1er disque, qui fait un véritable malheur partout dans le monde, lancé par la reprise épileptique des KINKS, YOU REALLY GOT ME.

On trouve également sur cet album des titres dantesques, comme AIN’T TALKIN BOUT LOVE et ICE CREAM MAN, et le jeu de guitare d’Eddy VAN HALEN donne le vertige.

Son jeu de virtuose tient du miracle, et il faut reconnaître que son talent révolutionne alors la guitare rock en l’amenant là où personne n’est encore jamais allé. Il crée surtout un son nouveau dont beaucoup d’imitateurs s’inspireront dans les années 80.

WARNER leur trouve alors une tournée au cours de laquelle ils ouvrent pour BLACK SABBATH, alors en pleine déconfiture, fin 78.

Chaque soir, les jeunes Californiens volent la vedette à OZZY et sa bande, et cette concurrence, devenue déloyale tant le niveau atteint par VAN HALEN est impressionnant, sonne ensuite le glas du groupe de Birmingham.

 

Le 2èmealbum, VAN HALEN II, sort en juin 79 et confirme le succès du 1er avec encore 2 titres qui cartonnent dont DANCE THE NIGHT AWAY et BOTTOMS UP, et une nouvelle reprise de Buddy HOLLY, « YOU’RE NO GOOD ».

Mais VAN HALEN II est tout de même très inférieur au 1eralbum éponyme.

 

WOMEN AND CHILDREN FIRST au printemps 80 renoue avec le très gros son et les locomotives que sont THE CRADDLE WILL ROCK ou EVERYBODY WANTS SOME remettent VAN HALEN au sommet du hard rock en ce début des eighties.

 

Leur 4ème album, illustré ici, est certainement à ce jour, le meilleur du fait du jeu proposé par Eddy Van Halen atteignant ici la perfection. Ainsi, le morceau d’ouverture MEAN STREET est un véritable monument avec une intro à la guitare digne des plus grands. On assiste à un véritable concerto pour guitare. David Lee ROTH est également un très grand chanteur et son phrasé contribue à la réussite de FAIR WARNING.

L’album est court, 31 minutes à peine, mais tout ce qui est proposé ici est hors norme, avec une mention spéciale à UNCHAINED avec sa guitare mitraillette, PUSH COMES TO SHOVE joué sur un rythme lent et envoûtant, et DIRTY MOVIES.

 

La suite de l’aventure VAN HALEN sera moins glorieuse en terme de qualité, mais le groupe touche le Graal avec le très commercial 1984 qui sort le 31 décembre 83 à minuit, avec en particulier le titre JUMP qui servira, au même titre que le WE ARE THE CHAMPIONS de QUEEN, aux grands rendez-vous sportifs dans les stades du monde entier.

Pour cet album, toutefois très décevant, Eddy Van Halen avoue avoir composé presque tous les titres aux synthés et la guitare n'est hélas, que peu présente.

 

A la fin de la tournée qui suit la sortie de 1984, David Lee Roth quitte le groupe pour une carrière solo, qui se révélera décevante dans son ensemble, pendant que VAN HALEN continue son chemin avec le recrutement de Sammy HAGAR, ex MONTROSE, qui ne fera jamais oublié ROTH.

Après cette erreur de casting, les albums qui en résultent sont tous largement inférieurs à ceux du début.

La querelle entre Roth et Van Halen durera plus de 20 ans, jusqu’au retour du chanteur prodigue et la sortie de l’excellent A DIFFERENT KIND OF TRUTH en 2013, qui semble sortir tout droit des glorieuses années du groupe.