DEDICACE A MES OREILLES : Chronique

Qobuzz.jpg
Youtube.JPG
Bob Dylan_Infidels_1.JPG

  BOB DYLAN - INFIDELS : 1983  (Original Hollande)

         Histoire d'un Raté

Deux ans après le méconnu, mais superbe SHOT OF LOVE, avec le sublissime  "Every Grain Of Sand" et son  solo d'harmonica d'anthologie, Bob DYLAN est de retour en studio. D’après la presse spécialisée, Dylan a composé des chansons de grande qualité devant aboutir à un  nouveau chef d'oeuvre.

 

A un détail près, c’est vrai qu’INFIDELS aurait pu devenir un album incontournable du maître.

 

Pour l’enregistrement, il s'entoure d'un groupe de super musiciens avec entre autres les guitaristes Mark KNOPFLER qui a déjà participé à SLOW TRAIN COMING en 79, Mick TAYLOR, l'ex guitariste des STONES, alors en mal de créativité, et Robbie SHAKESPEARE, célèbre musicien de studio très prisé depuis l'avènement du Reggae.

 

Tout est réuni pour réussir un grand album : des bons musiciens et de très bonnes compositions savamment mûries par Bob DYLAN.

A l'origine, Mark KNOPFLER doit se charger de la production et du mixage de l'album.

Seulement voilà, il n'est libre que partiellement et doit terminer une série de concerts en Europe avec DIRE STRAITS pour la promo de l'album LOVE OVER GOLD et s'absente donc pendant quelques semaines, ayant tout de même fixer les directives et le cahier des charges à respecter à toute l'équipe de production.

 

Absence trop longue au goût de DYLAN, qui en temps qu'éternel homme pressé, ne peut  s'empêcher de mixer tout lui-même. Il décide alors d'accélérer le rythme de nombreuses compositions, et enfin de produire l'album tout seul.

 

Mark KNOPFLER, de retour de tournée, ne peut hélas que constater les dégâts. Il est trop tard pour faire marche arrière. L'album est commercialisé dans la foulée, à la sauce Dylan, bâclé, mal produit, avec des lourdeurs et des fautes de goûts évidentes.

 

Un beau gâchis, quand on sait que beaucoup de chansons auraient du constituer des titres magnifiques si KNOPFLER avait pu les arranger et les produire lui-même.

Il faut rappeler qu'à cette époque, KNOPFLER vit sur un nuage, et  tout ce qu'il touche alors est certain de se transformer en or pur.

 

Malgré toutes ses péripéties, INFIDELS est un album agréable à écouter avec  de bonnes chansons dont les ballades typiques Dylan JOKERMAN, LICENSE TO KILL, un reggae I and I et 3 titres très rock remarquablement interprétés, tout d’abord le très Stonien NEIGHBORHOOD BILLY, puis MAN OF PEACE qui rappelle HIGHWAY 61, mais c’est surtout UNION SUNDOWN qui remporte la mise sur cet album. Un titre furieux sur lequel Mick TAYLOR et Mark KNOPFLER rivalisent de talents.

Les 2 autres titres font office de réchauffé mais s’écoutent facilement. On l’aura compris, ce disque est inégal mais ce qui frappe le plus par rapport à SHOT OF LOVE, c’est le changement de la voix de DYLAN ; ce n’est plus pareil : c’est plus heurté et le timbre a changé. C’est ce qui fait qu’INFIDELS est à mon goût, nettement moins bon que son prédécesseur SHOT OF LOVE.

 

Eternel DYLAN, capable du meilleur comme du pire ! Il traverse ensuite une période de disette créative qui durera 6 ans, période pendant laquelle il  sort ses pires albums, avant de renaître de ses cendres une nouvelle fois en 89 avec un de ses plus beaux disques, le crépusculaire OH MERCY, produit par le canadien Daniel LANOIS, avec qui il retravaillera en 96 pour TIME OUT OF MIND, un très bon cru également malgré quelques longueurs.