DEDICACE A MES OREILLES : Chronique

Qobuzz.jpg
Youtube.JPG
Pink Floyd_More_1.JPG

  PINK FLOYD - MORE : 1969  (Pressage France 1973)

Un Disque Essentiel Du Floyd

J’ai toujours adoré cet album et je considère MORE comme étant le 1er grand album de PINK FLOYD. Peut-être est-ce le fait que c’est ce disque qui m’a fait découvrir ce groupe hors norme.

 

Sorti en 69, 2 ans après PIPER AT THE GATES OF DAWN, MORE est l’album qui place le groupe sur une véritable rampe de lancement, confirmé un peu plus tard dans l’année par la sortie du double album UMMAGUMMA.

 

Après le départ de leur leader Syd BARRET, PINK FLOYD sort A SAUCERFUL OF SECRETS avec un nouveau guitariste David GILMOUR, un ancien camarade d’école de BARRET. L’album n’obtient qu’un succès mitigé et seulement dans les milieux « underground ». Pourtant l’album est annonciateur d’un son nouveau, radicalement différent de celui délivré sur THE PIPER. Des morceaux comme la chanson titre et le fantastique SET THE CONTROL FOR THE HEART OF THE SUN sont assez révélateurs du virage amorcé par le groupe.

 

C’est après ce 2ème album que PINK FLOYD est sollicité par le cinéaste Barbet SCHROEDER pour écrire la bande originale de la musique de son film MORE qu’il est en train de tourner à Ibiza. Le sujet du film étant lié à la drogue et ses effets dévastateurs, PINK FLOYD accepte la proposition et les membres du groupe composent la bande originale en visionnant les images du film. MORE est donc enregistré quasiment en Live.

Lors d’une interview donnée au journal Rock & Folk, Barbet SCHROEDER dit ceci :

« Les Pink Floyd m’ont fait une musique absolument idéale. Je leur ai montré le film et leur ai demandé une musique qui soit en situation, sans leur donner aucune directive. Ils ont trouvé un élément magique étonnant, et surtout le sens de l’espace. C’est vraiment une musique, bien plus que de simples chansons. À tel point que souvent j’ai dû en baisser le volume car la qualité de la musique détruisait littéralement certaines scènes »

 

L’album est une totale réussite et ce qui est intéressant, c’est qu’il peut s’écouter comme un album studio classique et qu’il ne ressemble pas du tout à ce qui s’apparente à une banale musique de film. On a bien à faire à un véritable album de PINK FLOYD.

 

L’album regorge de morceaux d’anthologie. CIRRUS MINOR, qui ouvre le disque, est absolument brillant. C’est un instrumental dominé par une intro à base de gazouillis d’oiseaux  s’effaçant peu à peu et laissent place à un solo d’orgue de Richard WRIGHT d’une beauté et d’une pureté absolue. La mélodie est splendide.

Avec THE NILE SONG, PINK FLOYD aborde le hard rock et le son distordu de la guitare de David GILMOUR ainsi que le chant ravageur de WATERS, font des merveilles.

L’album est entièrement  dominé par des mélodies incroyablement belles jouées sur des rythmes hypnotiques et lancinants, faisant la part belle aux excellents solistes que sont GILMOUR et WRIGHT. Le jeu de Nick MASON à la batterie, tout en finesse, est le complément parfait, de même que la voix fluette de Roger WATERS

GREEN IS THE COLOUR est un autre grand moment de douceur et délicatesse, mais le morceau suivant CYMBALINE constitue le sommet de MORE. C’est une lente progression chantée par WATERS et ponctuée par un long solo d’orgue déchirant.

La face 2 est un peu moins bonne, mais le thème principal de MORE, MAIN THEME  en début de face est un joyau. Joué sur un rythme un peu jazzy, cet instrumental est également remarquable. David GILMOUR se met en évidence à la guitare flamenco sur A SPANISH PIECE, et se la joue blues sur MORE BLUES. IBIZA BAR est une reprise de THE NILE SONG et DRAMATIC THEME clôture l’album sur le même rythme que MAIN THEME.

L’album sort en juillet 69 et remporte un grand succès. PINK FLOYD devient alors le groupe préféré de toute cette jeune génération Hippie.