DEDICACE A MES OREILLES : Chronique

Qobuzz.jpg
Youtube.JPG
Ufo_Strangers In The Night_Front.JPG

    UFO - STRANGERS IN THE NIGHT  : 1979  (Original US)

           Un Ovni Venu d' Allemagne

La carrière de UFO commence véritablement lors d’une tournée en Allemagne en 1973.

Leur guitariste d’alors, Bernie MARSDEN (futur WHITESNAKE) quitte le groupe au beau milieu de la tournée.

UFO partage l’affiche avec un jeune groupe allemand du nom de SCORPIONS qui fait la 1ère partie de leurs concerts pour promouvoir leur album LONESOME CROW.

Phil MOGG, le chanteur de UFO, est impressionné par le jeune guitariste de SCORPIONS, un certain Michael SCHENKER, qui n’a alors que 18 ans et qui maîtrise déjà son instrument comme un futur Guitar Hero.

Découvrant qu’il connaît tout le répertoire de UFO, Phil MOGG propose à SCHENKER de jouer à la fois dans SCORPIONS puis d’enchaîner sur le set de UFO. L’association se passe tellement bien que la tournée terminée, Michael SCHENKER rejoint définitivement UFO et devient le guitariste attitré de UFO. Leur 1ère collaboration est l’album prometteur PHENOMENON en 1974 avec le fameux hit DOCTOR, DOCTOR.

4 autres excellents albums studio suivront, FORCE IT (1975), NO HEAVY PETTING (1976), LIGHTS OUT (1977) et enfin OBSESSION (1978).

Depuis longtemps, leurs fans leur réclament un album live car c’est évidemment sur scène que la puissance du groupe s’exprime le mieux, grâce notamment au talent et à la dextérité de leur jeune prodige à la guitare.

L’album tant attendu sort finalement en mars 1979 et s’intitule STRANGERS IN THE NIGHT, un clin d’œil à la chanson de SINATRA.

Le groupe tourne en effet intensément aux USA à cette époque et partage l’affiche avec AC/DC qui fait sa 1ère tournée en Amérique, MOLLY HATCHET, les groupes canadien MOXY et RUSH ou encore BLUE OYSTER CULT.

 

STRANGERS IN THE NIGHT est enregistré à partir de 2 concerts à LOUISVILLE et CHICAGO et il est considéré par les critiques comme faisant partie des meilleurs albums live jamais gravés.

La performance de UFO est en effet assez incroyable et l’énergie déployée par le groupe, alors à son zénith, est colossale. Dès l’annonce de l’ouvreur de salle à Chicago qui crie « Hello Chicago, would you please welcome from England, UFO ! », et les 1er

accords assassins de Michael SCHENKER sur NATURAL THING, on sait que UFO va gagner la partie et nous livrer un concert historique. Leur jeune guitariste est pour beaucoup dans la réussite de cet album. Ses interventions tout au long de ce double live sont toutes remarquablement inspirées. Son jeu est réellement fantastique et peut passer d’une seconde à l’autre du plus sauvage au plus mélodieux. Ses solos sur OUT IN THE STREET, LOVE TO LOVE ainsi que le long chorus central de ROCK BOTTOM sont irrésistibles et rendent les fans du groupe totalement hystériques. Le show SCHENKER est un spectacle à lui tout seul. Arc-bouté  sur le manche de sa légendaire GIBSON FLYING V sa crinière blonde lui cachant la moitié du visage, il livre une prestation haut de gamme.

Tous les tubes du groupe sont présents sur STRANGERS IN THE NIGHT. Du rock le plus brutal ONLY YOU CAN ROCK ME et son intro meurtrière ainsi que TOO HOT TOO HANDLE du même calibre, à des titres plus ambitieux comme MOTHER MARY, THIS KIDS (ces 2 titres ont été enregistrés en studio avec le bruit de la foule mais n'ont pas été joués lors de la tournée) ou le très mélodieux I’M A LOSER en passant par les incontournables SHOOT SHOOT, LET IT ROLL avec encore un solo de SCHENKER d’une sensibilité absolue jusqu’à DOCTOR, DOCTOR, tout y passe ! Un vrai carnage !

Mais le sublime est atteint sur l’incandescent LIGHTS OUT sur lequel Michael SCHENKER enfonce tout sur son passage et nous transperce de part en part avec des solos dévastateurs.

Le son du pressage US est en plus d’une clarté inouïe.

La pochette de l’album, représentant des fans hystériques, restitue bien l’énergie unique dégagée par le groupe en concert. Le groupe qui devait passer après eux en concert n’avait pas la tâche facile.

 

Malgré ces concerts incroyables et l’osmose qui règne au sein du groupe, UFO connaît de gros problèmes avec son guitariste, dus essentiellement à son caractère imprévisible et ses abus d’alcool, qui perturbent les sessions pendant le mixage de STRANGERS IN THE NIGHT. Tout d'abord SCHENKER se querelle avec Ron NEVISON à propos du titre ROCK BOTTOM, ce dernier souhaitant laisser intacte la version live alors que SCHENKER insiste pour peaufiner son solo en studio en overdubs. Ron NEVISON refuse. Ensuite Phil MOGG est excédé par les fréquentes sautes d’humeur de SCHENKER jusqu’au jour où se produit l’incident de trop et que MOGG frappe le guitariste.

SCHENKER avait prévenu le chanteur que si un jour il le frappait lors de leurs incessantes engueulades, il quitterait le groupe sur le champ. C’est ce qu’il fait.

Voilà donc un groupe sur le point d’obtenir enfin la reconnaissance qu’il mérite auprès du milieu Rock de l’époque avec un album live magistral en gestation, amputé de son meilleur élément et obligé de lui chercher un successeur. C’est Paul CHAPMAN, un proche du groupe qui a déjà suppléé l’allemand lors d’une de ses récentes défections en 77, qui le remplace.

Mais n’est pas SCHENKER qui veut et CHAPMAN ne parvient pas à le faire oublier. La carrière du groupe prend du plomb dans l’aile et ne se remet pas de ce départ.

 

Après voir quitté UFO, SCHENKER est contacté par Steven TYLER qui cherche alors un remplaçant à Joe PERRY. SCHENKER le rencontre et lui fait savoir que s’il rejoint AEROSMITH, c’est en rôle de patron et rien d’autre. TYLER évidemment éclate de rire et le renvoie aussitôt dans ses pénates.

  

Après un bref retour au sein de SCORPIONS, Michael SCHENKER se lance dans une carrière solo avec son propre groupe THE MICHAEL SCHENKER GROUP, mais il ne retrouvera jamais l’inspiration qui était la sienne au sein de UFO.