DEDICACE A MES OREILLES : Chronique

Qobuzz.jpg
Youtube.JPG
Jefferson Airplane_Surrealistic Pillow_1
The Great Society_Conspicuous Only_1.jpg
Qobuzz.jpg
Youtube.JPG

          JEFFERSON AIRPLANE - SURREALISTIC PILLOW : 1967  (Pressage US 1971)

          THE GREAT SOCIETY - CONSPICUOUS ONLY IN ITS ABSENCE : 1968  (Pressage US 1980)

Le Rêve Hippy de San Francisco

« Dylan cultivait sa terre »

« Quelque part en Angleterre »

« Les beaux jours »

« Jefferson Airplane s’installait à la présidence »

« Car les anciens rois du monde venait d’interdire la dance »

Yves SIMON – 1973   

 

JEFFERSON AIRPLANE demeure un groupe essentiel  et le représentant parfait du nouveau son du Rock Américain venu de San Francisco au milieu des années 60, au même titre que QUICKSILVER et le GRATEFUL DEAD.

Leur musique est toutefois radicalement opposée à celle qui est en train de voir le jour à la même époque, sur les hauteurs de Laurel Canyon à Los Angeles et qui donnera naissance au Rock Californien.

En 1965, le groupe constitue le point de ralliement des Freaks du quartier de Haight Ashbury. Il devient alors le porte-parole de la nouvelle conscience des jeunes américains.

 

C’est l’époque des communautés hippies et Jefferson Airplane  en est le parfait fleuron.

 

SURREALISTIC PILLOW est leur deuxième album, sorti en 67, et marque surtout l’arrivée de leur chanteuse emblématique, la belle Grace SLICK, une des divas de la scène de Frisco. Avant cela, Grace SLICK joue au sein du très bon groupe THE GREAT SOCIETY, groupe formé par son 1er mari, Jerry SLICK et le frère de celui-ci Darby SLICK un excellent guitariste. THE GREAT SOCIETY n’ayant pas de contrat discographique, tourne beaucoup dans les salles de la baie de SAN FRANCISCO.  C’est au célèbre MATRIX qu’il donne ses meilleurs concerts. A leur répertoire figurent 2 chansons que reprendra plus tard JEFFERSON AIRPLANE : SOMEBODY TO LOVE et WHITE RABBIT.

Il existe d'ailleurs un live fantastique, sorti chez COLUMBIA en 68 après la séparation du groupe, et enregistré au MATRIX en 66, CONSPICUOUS ONLY IN ITS ABSENCE, sur lequel Grace chante 2 versions totalement "habitées" de ces 2 titres.

L'ambiance de ce disque exprime magnifiquement les débuts du mouvement psychédélique de San Francisco. Darby SLICK est un merveilleux guitariste et le morceau d'ouverture de ce live miraculeux, SALLY GO 'ROUND THE ROSES montre le potentiel de ce groupe alors très prometteur.

C’est en assistant à leurs nombreux concerts que JEFFERSON AIRPLANE remarque la chanteuse Grace SLICK, et la débauche de GREAT SOCIETY en remplacement de Signe ANDERSON leur précédente chanteuse qui a quitté le groupe pour cause de maternité, et qui chante sur leur 1er album JEFFERSON AIRPLANE TAKES OFF.

L'album CONSPICUOUS ONLY IN ITS ABSENCE sort en 1968, après la dissolution du groupe. C'est le seul enregistrement de ce groupe qui n'a sorti aucun disque de son vivant. La prise de son est particulièrement impressionnante. Il y a une proximité avec le groupe et la voix fabuleuse de Grace SLICK résonne superbement.

 

Les 2 leaders de JEFFERSON AIRPLANE sont alors Marty BALIN, le fondateur, et Paul KANTNER. Tous les deux sont guitariste rythmique. Marty BALIN est également un formidable chanteur.

Les autres membres du groupe sont  Jorma KAUKONEN, un guitariste soliste très talentueux, Jack CASADY, un monstrueux bassiste qui jouera plus tard sur ELECTRIC LADYLAND avec HENDRIX, et Spencer DRYDEN le batteur.

Tous les membres du groupe sont des intellectuels et très engagés politiquement.

A part KANTNER, aucun membre n'est natif de la ville.

Bill GRAHAM les aide à promouvoir leur musique en les invitant fréquemment à jouer dans son Fillmore, qui par la suite déménagera au CAROUSEL BALLROOM, qui a vu tant de groupes de la baie débuter leur carrière, comme SANTANA ou SLY AND THE FAMILY STONE. L'autre salle mythique tenue par Chet HELMS, rival avéré de Graham, s'appelle alors l'AVALON BALLROOM.

 

Le groupe éclate littéralement après la sortie de SURREALISTIC PILLOW, grâce essentiellement aux 2 titres sortis en simple, SOMEBODY TO LOVE, véritable hymne de la toute la jeunesse de San Francisco, et surtout WHITE RABBIT, cette dernière inspirée par "Alice à travers le miroir" de Lewis CAROLL et l'Acide, sur une musique inspirée du Boléro de RAVEL. Ces 2 chansons écrites précédemment avec THE GREAT SOCIETY sont en effet incluses dans l’album dans des versions différentes. Ainsi, SOMEBODY TO LOVE est beaucoup plus « punchy » et taillé pour faire un carton sur les bandes FM.

Mais ces 2 chansons magnifiques ne sont pas les seules perles de cet album mythique. Marty BALIN composent et chantent 2 titres absolument déchirants, TODAY  et  l’immense COMING BACK TO ME.

La mélodie est splendide, et la voix de BALIN, centrale, solennelle et caverneuse, vient recouvrir les 2 magnifiques guitares acoustiques. C'est le titre le plus long de l'album et il va servir comme bande son de quantités de films, au même titre que WHITE RABBIT d'ailleurs.

 

C'est incontestablement le joyau de l'album. Seuls Joni MITCHELL et Bob DYLAN peuvent soutenir, à cette époque, la comparaison avec le talent de chanteur de BALIN.

 

La diversité des genres abordés a largement contribué au succès planétaire de l’album.

Ainsi le morceau d’ouverture, SHE HAS FUNNY CARS, avec son fameux pont en milieu de morceau, encore une oeuvre de BALIN, et son rythme Mid Tempo, laisse éclater les compétences instrumentales de Jorma KAUKONEN et Jack CASADY, dont la basse est d'une rare pureté ici.

 

Jorma KAUKONEN  n’est pas en reste. Il compose le délicat EMBRYONIC JOURNEY, et fait étalage de tout son talent au jeu de Picking sur sa guitare acoustique.

Quelques années plus tard, lorsque JEFFERSON AIRPLANE sera devenu le STARSHIP, KAUKONEN quittera le groupe, et composera en 74, un chef d’œuvre immortel avec son album solo QUAH, avant de constituer un nouveau groupe, HOT TUNA, avec Jack CASADY, qui sortira de nombreux disques jusqu'en 1978, date de sortie de leur excellent album en public, intitulé DOUBLE DOSE, qui s'ouvre par une face entièrement acoustique de KAUKONEN.

 

Lorsque SURREALISTIC PILLOW paraît en 67, c’est un véritable triomphe. L’album devient alors le mètre étalon de la baie de San Francisco et sera associé à jamais à l’avènement de l’ACID ROCK au même titre qu’un autre sublime album de COUNTRY JOE MAC DONALD sorti un peu plus tôt dans l’année, ELECTRIC MUSIC OF THE MIND AND BODY.

 

La carrière du JEFFERSON AIRPLANE atteint ensuite son apogée avec deux nouveaux succès: le très psychédélique AFTER BATHING AT BAXTER’S et surtout  CROWN OF CREATION, avec encore un titre incroyable de Grace SLICK, LATHER, dédié à son amoureux de l'époque Spencer DRYDEN, ainsi qu’une très bonne reprise de TRIAD de David CROSBY.

Le groupe participe au triste épisode ALTAMONT, en décembre 69, avec les Rolling Stones, au cours duquel, ils sont contraints d'arrêter leur prestation suite à l'agression de Marty BALIN, mis proprement KO sur scène par des HELLS ANGELS.

C’est peu après que Marty BALIN quitte le groupe.

 

De plus en plus engagé politiquement, leurs enregistrements suivants n’ont hélas pas, musicalement parlant, la qualité de leurs 3 albums mythiques.

Le groupe se sépare fin 73, après la sortie de deux albums calamiteux, BARK et LONG JOHN SILVER.

 

Lorsqu’on écoute JEFFERSON AIRPLANE aujourd’hui, on peut penser que leur son a mal vieilli. Mais il demeure tout de même une valeur sûre et reste le leader incontesté du mouvement psychédélique de San Francisco.